En pot… mais loin d’être empotées, nos 4 Sélistes !

Après une journée dans les Cévennes à ramasser les châtaignes au grand air, les plus courageuses se sont réunies chez Véronique pour un atelier « Confiture ».

Un vrai travail
P1070644Certes, il nous aura fallu une longue après-midi pour réaliser notre confiture de châtaignes mais le résultat est là : nous avons fait une 40ène de pots ! Et nous en sommes plutôt fières car de l’épluchage des châtaignes à la cuisson, il y a beaucoup de travail. Le plus fastidieux, c’est d’enlever la 1ère peau. Après plusieurs heures de travail, Évelyne et Emmanuelle ont des difficultés à bouger leurs doigts comme si elles avaient de l’arthrose. Mireille a une ampoule.

Rencontre avec les bêtes
Hum, des protéines ! Il a fallu se résoudre à l’idée qu’une fois cuite et mixée, on oublierait vite que nous avons trouvé parfois des petits vers à l’intérieur des châtaignes, et que le goût de notre confiture n’en serait pas moins meilleure. Malgré le tri, quelques intrus ont forcément été oubliés.

Partage d’expérience dans la bonne humeur
Quel plaisir de partager la recette de Grand-mère de Véronique. Elle nous prépare une boisson chaude, nous partageons bonbons et gâteaux ramenés par chacune d’entre nous. Et nous nous mettons au travail dans une ambiance chaleureuse. Véronique nous explique étape par étape la manière de procéder de sa grand-mère dont la recette se transmet de génération en génération. Car même Albane (la fille de Véronique) est là, avec une amie pour faire leurs propres pots et les deux plus jeunes, qui ont pris un peu d’avance, nous montrent l’exemple.

Il se fait tard
Qui l’aurait cru ?! Il est 20h30 quand nous terminons l’atelier… par quelques dernières péripéties. La fatigue se fait ressentir. Nous nous réconfortons en mangeant les châtaignes qui sortent du four, et en léchant la marmite de confiture. Le téléphone se met à sonner : l’entourage s’inquiète de ne pas nous voir rentrer chacune chez soi. Reste à stériliser les pots et c’est un puzzle grandeur nature qu’il faut réaliser pour caler chaque pot dans le stérilisateur. Heureusement, Véronique sait y faire. Grâce à elle, nous aurons partagé une après-midi riche en discussion et en saveur !

Emmanuelle B.

Une réflexion au sujet de « En pot… mais loin d’être empotées, nos 4 Sélistes ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *